Allocution 3

Rien n'est moins protégé que l'âme humaine qui est si souvent la victime des pratiques douteuses. 

Ce que l'homme ne voit pas, et c e qu'il ne peut pas prouver, a pour lui moins de valeur que les choses visibles. 

Malgré cela, il y a assez de preuves dans les sciences médicales, biologiques et philosophiques, que les suites d'une souffrance de l'âme, sont plus désastreuses que celles d'une souffrance physique.  Des émotions et des pensées peuvent attaquer l'âme, et ceci est en accord avec les paroles suivantes: "L'homme souffre plus d'une souffrance qu'il redoute et qui n'arrive jamais ....." 

Par manque de compréhension et par tous les aspects du péché capital, l'homme s'assure d'une souffrance d'âme qui porte ses résultats, mentalement et sur le plan religieux, dans son comportement-de-vie. 

Nous savons tous que le régime alimentaire peut changer l'homme, mais nous savons aussi qu'une compréhension spirituelle changera le régime alimentaire.  

On ne peut pas se sanctifier par la nourriture, mais l'homme saint change bien son habitude alimentaire. 

Notre société est remplie de médecins et de thérapeutes qui s'occupent de la souffrance physique de l'humanité, et à côté de cela, il y a de nombreux enseignements religieux, des groupements et des rnéthodes initiatiques qui bricolent avec l'âme. 

Il est curieux de voir que beaucoup de ceux qui refusent les méthodes de guérison qui endommageraient leur corps, sont indifférente en face des méthodes qui attaquent l'âme.  

Ce que l'homme ne sait pas, ou ce qu'il ne comprend pas, n'a pas de sens pour lui.  

La thérapie spirituelle qui apporte à l'homme la compréhension spirituelle, signifie - tout comme le désir de libération hérétique - un danger pour les méthodes connues de guérison, aussi bien de l'âme que pour le corps.  

Réveiller la compréhension, c'est tout autre chose qu'une pseudo-transmission de la foi, qui, en fait, est une chose impossible.  

La foi provient de l'âme et du cœur - alors que la compréhension provient d'abord de la raison. 

Tout homme - qu'il soit chercheur spirituel ou non - (et s'il n'est pas mentalement détérioré) est réceptif à la raison. 

Ainsi notre ère du Verseau, avec ses preuves logiques et ses froides démonstrations devient-elle le commencement de la compréhension pour de nombreuses personnes.  

La raison veut du concret - la raison n'accepte pas la foi sur la base d'une chose "que l'on ne voit pas". 

Mais l'homme raisonnable est ouvert dès que la pratique pourra lui prouver ce qu'il croyait impossible.  

Sur cette raison, se base l'opinion de divers hommes de science qui brisent avec le dogme scientifique, et qui disent: "Celui qui guérit a raison - tout ce qui peut guérir doit être accepté", ou bien: "Il y a quelque chose que nous ne pouvons pas comprendre raisonnablement, mais qui existe cependant puisqu'il y en a des preuves". 

On peut tenir compte - parmi ces phénomènes qui se trouvent en dehors de la raison - de toutes les branches de l'ésotérisme, de la parapsychologie, et des phénomènes du monde parallèle, une sphère qui est de plus-en plus examinée dans notre ère du Verseau. 

Il y a de plus en plus de personnes qui, par l'effet d'un petit rayon de compréhension, se libèrent de la matière extérieure et des formes visibles. 

La troisième sphère, ou bien la sphère intermédiaire, va de nouveau revivre dans notre époque si insensible, et cela signifie que l'humanité est en route vers une revivification d'une ancienne religion, qui n'apparaît jeune qu'en apparence. 

Les circonstances, les déceptions, l'amertume et les crimes autour de la. guérison de l'âme, poussent l'homme à retourner sur ses pas.

Son mécontentement, caché sous divers comportements, n'est pas autre chose qu'une faim de l'expérience divine. 

Et l'expérience de Dieu ne peut pas se transmettre, ou s'apprendre ou se vendre. 

L'expérience de Dieu est une affaire entre l'âme et son Dieu.  

Aussi longtemps que l'âme dépérit par manque de nourriture, ou bien est craintive par complexe de culpabilité, ou bien est soucieuse de la perte de confiance de Dieu, elle ne sera pas capable "d'expérimenter son Dieu". 

L'âme qui a expérimenté son Dieu, est liée à son Dieu pour toute chose. 

Il en découle un changement dans le comportement-de-vie.  

Pour avoir part à cette expérience de Dieu, l'homme cherche des expérimentations spirituelles sous l'influence de la faim et de la crainte de son âme tourmentée. 

N'oublions pas que tout homme qui, d'une manière ou d'une autre, est en contact intime avec une confession religieuse intensive, est tombé dans les mains des "bricoleurs de l'âme". 

Il y en a beaucoup qui en portent les cicatrices dans leur âme. 

Les psychologues et les psychiatres les connaissent bien - leur salle d'attente en est remplie - ainsi que les hôpitaux psychiatriques.   

Celui qui est détraqué, dans son système nerveux, en porte les conséquences dans son âme comme résultat. 

Le travail médiateur du système nerveux est indispensable pour le corps et pour l'âme. 

C'est pourquoi la détente est demandée dans la thérapie spirituelle pour bien pouvoir percevoir l'âme. 

Se détendre - et atteler son âme - ceci est l'arrière-plan de la détente, l'absence totale du "moi" - mais cela n'a rien à voir avec un effort de la volonté - bien au contraire. 

Si je détends mon "moi", l'âme prendra automatiquement - et certainement si je suis un homme spirituellement sensible - la direction de mon char - elle s'y attelle.  

C'est la raison pour laquelle je ne peux pas me forcer pour me détendre. 

Sentez-vous la logique? 

Celui qui pense avoir un message pour ses prochains, doit être un courant de ces règles fondamentales. 

Ses essais destinés à apporter une compréhension spirituelle, n'auront aucun résultat, si ses prochains ne savent pas se détendre, s'oublier eux-mêmes. 

Alors, on en arrive ainsi à l'ordre: "Vous devez vous adonner!"  

En clair, cela signifie souvent: "Vous devez vous adonner à moi, ou à mon idée, ou à mon organisation". 

La détente ou l'absence-du-moi est totalement différente de cela. 

Dès qu'un homme spirituel - et chaque chercheur véritable est un homme spirituel - se détend, il reçoit un guide intérieur qui le protège, le garde et le guide intuitivement. 

Ceci n'est pas une rédemption à tout prix et n'importe quelle domination!  

C'est une transmission pleine de conscience et intuitive à la direction de l'âme que l'on sent alors très clairement présente. 

Alors, il peut se passer que cette âme se comporte tout autrement que ce que l'on attendait. 

Il est possible que le "moi" soit d'accord un temps, alors que l'âme continue de ne pas être touchée. 

Cela entraîne une lutte intérieure, dès que l'homme se retrouve de nouveau, dans la cuirasse de son égo, parce qu'alors sa raison ne se montre pas capable de contrôler l'opinion de l'âme. 

La compréhension est la porte ouverte pour l'égo, afin qu'il puisse se comporter d'une manière objective et neutre. 

L'âme prend alors et très rapidement la direction et surprend ainsi la raison par ses expériences intérieures que l'homme ne peut plus alors nier. 

Contrôlez ceci en vous-même. 

Vous connaissez sans doute des expériences intérieures qu'en tant qu'homme raisonnable, vous trouvez probablement douteuses, irraisonnables, incompréhensibles - mais votre foi vous aide à les accepter. 

La raison est dominée par la patience de la foi, et ceci fait du chercheur spirituel, un homme, intérieurement sage, un homme peut mettre ses idées de côté dès que les expériences intérieures le surprennent. 

La compréhension croît avec les expériences intérieures. 

Un homme raisonnable comprend que son entendement est limité, mais il sait aussi que la foi sans raison, est également limitée. 

Expérimenter Dieu, c'est avoir tout d'abord la compréhension que cela est possible, et ensuite posséder la foi afin d'entourer cette compréhension.  

Presque tout chercheur spirituel sait qu'il peut expérimenter Dieu une manière ou d'une autre - seulement, il ne sait pas comment cela se déroulera, et à travers quoi cela pourra se réaliser. 

Souvent, il lui manque Ia Patience de la Foi, pour accomplir cette Expérience de Dieu.  

C'est la raison pour laquelle il laisse "bricoler" son âme par bon nombre de bricoleurs religieux. 

En espérant que ...., espoir qui est totalement en dehors de la Foi, et qui dégénère ainsi souvent dans la curiosité ou la satisfaction-de-soi. 

Expérimenter Dieu est possible en expérimentant par exemple, l'âme de son prochain. 

Car dans chaque âme, Dieu a laissé un Atome ou bien son Esprit - et l'on expérimente l'âme de son prochain dès que cette étincelle de ressemblance se démontre. 

C'est un événement qui est autonome, et qui n'a aucun contact ni rapport avec aucune organisation ou étiquette religieuses. 

L'âme ne se laisse pas dominer par un nom extérieur, elle possède une ressemblance avec des sons spécifiques, et c'est cette ressemblance avec ces vibrations spécifiques qui fait, par ex., qu'un enfant changera le prénom donné par ses parents. 

Chaque homme possède sa propre clé d'harmonie.  

Si son nom ne s'accorde pas avec celle-ci, l'enfant le changera - mais souvent l'adulte s'habitue, coûte que coûte, parce qu'il appris à s'y accommoder. 

Un homme frustré, nerveux, surexcité et inquiet, n'expérimente pas Dieu directement dans ses meilleurs moments - mais il expérimente d'abord' l'équilibre en lui.  

La difficulté, avec de tels hommes, est toujours qu'ils se freinent, qu'ils sont pour eux-mêmes un obstacle - qu'ils sont tellement occupés d'eux-mêmes qu'ils ne peuvent pas s'oublier - la détente est presque impossible pour eux, et c'est leur maladie et la cause de leurs maux. 

De nombreuses religions, qui bricolent impitoyablement avec l'âme, ont fuit de l'homme un obstacle pour lui-même - elles lui ont suggéré que son moi naturel était un monstre l'attaquant, constamment et dévorant son âme.  

C'est pourquoi la neurasthénie, les névroses, les hallucinations religieuses et tous leurs "complexes messianiques", ne sont pas autre chose qu'une excroissance du moi. 

On ne peut plus s'oublier soi-même, parce que ce "moi" est devenu un énorme obstacle, et ainsi lors d'un certain jour néfaste, l'homme croira qu'il n'est plus capable d'expérimenter Dieu, parce qu'il est un homme mauvais, incapable, égocentrique et pècheur. 

A ce moment, il est alors mûr et le moment est arrivé pour un médiateur venant de l'extérieur. 

Les bricoleurs religieux et psychologiques ont alors remporté un succès, inspirés qu'ils le sont par leurs hiérarchies de l'au-delà. 

Un tel homme est alors convaincu maintenant: qu'expérimenter Dieu est impossible pour le petit homme qu'il est, sans intelligence et ignorant! 

Dès lors, c'est une tâche immense que de se guérir, et de guérir ses prochains d'une telle névrose, parce que le système nerveux joue ici un rôle capital. 

C'est l'organisme médiateur entre le corps éthérique et le corps physique - entre les organes éthériques et les organes physiques - 1 entre le corps et l'âme.  

La compréhension stimule l'homme vers une recherche, et la foi est un baume pour le système nerveux, si toutefois elle provient de l'intérieur, et non pas si cette une foi sur commande, élaborée sur une autorité quelconque. 

Il y a des personnes qui peuvent discourir sans arrêt pour savoir si "leurs paroles proviennent de l'âme ou non" - et ceci est la preuve que l'âme est absente. 

On peut reconnaître son âme à l'instant où nous sommes parcouru par un sentiment de détente et que celui-ci est porté par une énergie intense et concentrée dans notre poitrine. 

Dans une telle situation, on ne se sent pas seulement tranquille, mais surtout la compréhension et la foi forment alors une Unité à travers la confiance et dans tous ses aspects intermédiaires. 

Mais cela n'est pas suffisant. 

Après la confiance, arrive doucement mais sûrement, l'impulsion intense, afin de réaliser quelque chose. 

Et cela également n'est pas encore le point final - car ensuite, suivra a réalisation , pas a pas en tâtonnant, mais toujours portée par une Certitude intérieure.  

Il est remarquable que dans les milieux spirituellement intéressés, on parle sans cesse de l'âme, sans que cette âme ne soit présente derrière les paroles et les actes. 

Ainsi, il y aura des discussions animées sur ce qu'est l'âme, en quoi elle consiste, afin de savoir si on la connaît ou non. 

Et l'âme ne peut qu'en sourire avec pitié. 

Soyons conscients, que nous tous, au fil des siècles et des vies, nous avons bien appris, par des excuses et des théories ingénieuses, à recouvrir de dorure les péchés-capitaux-an-nous, les démons, afin qu'ils aient l'apparence des dieux. 

L'arrogance fut alors enluminée comme une fierté noble - 

La paresse est ainsi devenue la patience ou la rédemption - 

La luxure fut enluminée comme une animation noble et spirituelle - 

L'avarice fut appelée: protection spirituelle - 

L'avidité devint une faim spirituelle - 

La colère devint l'enthousiasme spirituel - 

et l'envie, la jalousie, fut enluminée comme une sainte aspiration. 

Ainsi, nous avons traduit nos propres péchés capitaux, et nous nous sommes enveloppés avec l'illusion d'être poussés par une force divine, au lieu d'une force démoniaque. 

La tromperie-de-soi est le mensonge le plus dangereux sur le sentier spirituel, parce qu'elle nous arrête et nous empêche de faire entrer le sentier en nous-même. 

Ce sentier reste alors toujours à l'extérieur de nous, comme un enseignement, une théorie, un écrit.  

Mais nous trouvons que cette tromperie-de-soi est bateau-de-vie agréable - il peut tranquillement nous guider au-dessus des vagues de la vie, il peut nous faire découvrir des lointains magnifiques, qui en vérité, ne sont pas là.  

La compréhension, la foi et l'expérience divine, ne sont jamais réalisables au travers de la tromperie-de-soi.  

La connaissance-de-soi n'est pas une occupation, une méthode, ou bien un mal indispensable.  

La connaissance-de-soi est comme un labourage de sa terre intérieure, afin que dans cette terre remuée, on puisse bien tracer le chemin spirituel. 

On ne peut pas non plus dire que cette connaissance-de-soi nous occupe pendant quelques instants ou bien à une certaine heure choisie. 

Car c'est une action logique que l'homme spirituel pratique lors de toutes les décisions à prendre, et dans tous les contacts avec les prochains. 

La connaissance-de-soi n'est pas difficile, parce que l'âme place l'homme en entier, au grand jour. 

Ne pas se connaître, c'est comme ne pas connaître son âme. 

Une âme recouverte de complexes, de tromperies-de-soi et de suggestions, ne peut plus se démontrer, et un tel homme aura beaucoup de peine à se connaître.  

Un tel travail peut alors le déprimer, ou bien lui dérober le désir de la pratique du chemin.  

Nous devons laisser tomber cette suggestion: Que tout est très difficile, mais aussi, nous devons oublier cette autre suggestion: 

Que tout est si facile. 

Le Sentier n'est ni difficile, ni facile. 

Il Est Là, tout simplement, et Il croît en nous, sans que nous ayons à faire d'efforts, mais aussi, sans que nous tombions dans la paresse. 

Nous devons - encore une fois - nous oublier, dételer notre "moi", nous détendre - et cette détente n'est également pas difficile, des lors que nous avons la compréhension du -pourquoi- et que nous avons la foi que "tout est possible." 

Nous avons tous - plus ou moins - la compréhension, mais il nous manque la foi. 

La Foi, que l'âme individuelle est guidée par la Lumière des Lumières. 

La Foi que cette Etincelle Divine en nous, peut nous guider. 

Souvent, nous avons beaucoup lu et beaucoup entendu sur l'âme et sur l'Etincelle divine et sur le Lotus - et nous acceptons peut-être qu'elle est là, mais la foi qui peut déplacer des montagnes, et qui intérieurement nous tient debout - en tant qu'individu - parce que nous savons que cette âme nous porte - cette Foi est souvent absente.  

Cette croyance originelle - éveillée d'une âme pure - nous est dérobée ou nous est volée ou est stoppée en nous par le fait que notre âme a, depuis longtemps, échoué entre les mains des bricoleurs religieux impitoyables. 

Il n'y a que celui qui libère son âme, et qui ne fait que nous indiquer les possibilités, et qui ne nous force jamais, qui dans un essai totalement altruiste tente de réveiller cette âme ou bien de la mettre à jour - il n'y a que lui qui cache nous conseiller, ou bien nous stimuler un peu, ou bien nous avertir au moment où nous voulons nous jeter dans un gouffre. 

On ne peut pas faire autre chose que cela - parce que chaque âme éveillée doit apprendre de nouveau à marcher sur le Chemin du Retour.  

Dans l'étable des troupeaux, ou bien dans l'atelier des bricoleurs religieux, les brebis et leurs âmes se rassemblent et échangent des données sur leur vie dans les troupeaux, ou bien sur le caractère ou le type de réparation d'un bricoleur - mais ils n'ont aucune idée, qu'au dehors de leur enclos fermé, se trouve le Laboratoire de l'Esprit et de la nature, et que l'âme et l'homme doivent y chercher là, leurs informations - et que là se trouvent les isolés qui savent conseiller, parce qu'ils connaissent la pratique du Laboratoire, et parce qui ils possèdent une âme qui a rétabli sa Liaison avec la Lumière des Lumières. 

Osez, Fils de la Lumière. 

Réveillez-vous - Ame ! 

Car celui qui va véritablement le Chemin du Retour, va avec Dieu.  

Et, cela, il l'expérimente maintenant et pour toujours! 

©1977-2019 Henk et Mia Leene