206 - La source de toute existence: qui, quoi, ou?


L'homme est habitué depuis les temps les plus reculés à posséder une source à laquelle il peut puiser dans les moments de détresse, source qu'il considère comme le centre de son existence vitale.

Comment s'appelle cette source? et où peut-elle se trouver? Ceci est moins important que le fait qu'elle existe.

Bien que le cours des temps ait apporté de nombreuses et nouvelles idées, et bien que le développement intellectuel ait essayé de contester l'existence de cette source, on n'a jamais réussi à arracher l'homme du centre de penser d'où il dirige sa vie.

Cette source, ou esprit, Dieu ou Créateur, forme également le centre d'une volumineuse littérature. Elle est le réceptacle des émotions humaines, et le point du litige des discussions et des réflexions.

Plus l'homme s'éloigne de la simplicité du coeur, plus il m'égare, plus compliquée et embrouillée devient sa problématique, ses communications, et plus inutiles deviennent ses délibérations.

L'intellect qui se développe, se place lentement mais sûrement devant la raison du coeur, et ainsi, commence la dualité individuelle.

Il y eut une période durant laquelle l'homme sut QUELLE était sa source. Le lieu où celle-ci se tenait, était une question intuitive, et ce par quoi elle existait, était une certitude intérieure.

Des siècles de discussions théologiques, de guerres religieuses et de persécutions, ont développé cette Source inexprimable et indicible, tant adorée par autrui, avec des trouvailles humaines, et c'est ainsi que nous nous trouvons au milieu de ces temps dans lesquels ces trouvailles seront saisies, et la source démantelée.

Toutes ces inventions humaines firent de cette source une image déformée qui se trouve si proche de ses créateurs, qu'ils peuvent à volonté l'adorer ou la détester.

La Source primordiale, le Dieu inexprimable, fut voilée, tant pour l'oeil intérieure de l'humanité, que pour son oeil extérieur, jusqu'à ce qu'Elle devienne une légende, une tradition des temps très anciens, dans lesquels les hommes ne possèdent pas encore un développement intellectuel, ni une "civilisation", ainsi qu'on l'appelle, et ne sont donc rien d'autre que des païens qui ne savent pas de quoi ils parlent.

Il est remarquable de constater qu'un nombre incalculable d'hommes veulent retourner vers la simplicité des temps anciens, parce que le fardeau des inventions humaines devient trop pesant et trop lourd, et empêche l'homme de s'exprimer, comme son coeur le lui inspire.

L'oppression et la répression des impulsions du coeur prouvent la domination de l'intellectualisme .

Et ainsi, l'homme est gouverné par des considérations extérieures, des théories qu'on lui a persuadé d'admettre, des phrases toutes apprissent, par lesquelles il se sentira vidé intérieurement, et l'agitation alors le tourmentera.

Au moment où le dieu intérieur individuel fut expulsé de l'homme par un développement intellectuel et une croissance des désirs, ce dernier s'éloigne de sa Source-de-vie, et devint donc plus vide, et spirituellement affaibli.

Cet affaiblissement spirituel est en ce moment le but des discussions et est la cause de la confusion qui s'agrandit encore et toujours dans le domaine spirituel.

L'intellect dispute et conteste la présence d'un Dieu, aussi longtemps qu'il ne peut pas prouver ou Il se trouve. Jusqu'alors, Dieu est nié, et par cela, on prive l'homme au non Dieu intérieur inné.

Les doctrines orientales et occidentales essaient de conduire l'homme sur un chemin qui cultive l'unité du coeur et de Ia tête; cette unité, comme on l'appelle, est la réalisation la plus élevée que l'homme-spirituel-cherchant puisse atteindre.

En réalité, cette unité n'est rien d'autre que le rétablissement d'un comportement de vie passé: la réhabilitation de l'Action-du-coeur.

Cependant, avec cette réhabilitation, cela ne réussit pas aussi bien que cela, parce que la structure de la société fut basée pendant des siècles sur le développement intellectuel de l'homme, et ceci a pris, dans notre 20 ème siècle, des formes gigantesques.

Nous connaissons un dieu, ou créateur, ou source-de-vie, que le monde-intellectuel-religieux, ou seulement un groupe intellectuel a inventé pour nous.

Depuis des temps immémoriaux, des groupes d'hommes se rassemblent autour d'un Sage, d'un Homme qui parle du Savoir-du-Coeur, qui est inspiré par la Liaison directe avec la Source Primordiale, le Centre de son existence.

A présent, on ne sait plus approcher cette soi-disant Source primordiale, que par toutes sortes de doctrines, par un panthéon de faux-dieux, par une quantité de degrés de développement, et par un chaos d'interprétations et de versions diverses.

La Source primordiale est masquée par une hiérarchie de fonctionnaires religieux, qui se sont eux-mêmes, un à un, instituts comme sages.

Et l'homme, séparé de son penser du coeur, se laisse tromper et se sent de plus en plus agité, incertain, et tombe ainsi de plus en plus dans l'impasse.

Des mouvements gigantesques s'élèvent de toutes parts, pour tirer l'homme hors de cette impasse du désarroi, mais ne lui montrent qu'une autre facette du faux-dieu humain.

La théologie perd son emprise; l'homme cherchant la simplicité se dégage de l'emprise des religions artificielles, et celui qui démontre la franchise de son coeur, sera le plus aimé.

Cette tendance à la franchise, à l'honnêteté, à exprimer librement les objections du coeur, augmente de plus en plus. L'humanité, malade du coeur, saisit cette tendance pour retrouver son équilibre.

Il est pour cela très facilement compréhensible qu'une autre époque est entrain de naitre, époque dans laquelle, tout ce qui se rapporte aux religions primitives, sera en vogue.

Vous pouvez déjà remarquer cela autour de vous: le sabbat des sorcières, l'exorcisme des esprits, la magie, les méditations, et le fait de ne pas mâcher ses mots sont autant d'expressions de l'homme qui échappe à la contrainte de l'intellectualité.

La Religio, la Liaison entre Dieu et l'homme, qui a lieu au moyen du coeur et de l'âme, n'est pas à maîtriser, ou à dominer par l'intellect.

L'intellect n'est rien. Seul, le Penser Vrai, inspiré par le coeur et l'âme, est digne de guider l'homme.

Tout intellectualisme nous mène dans un monde de châteaux de cartes qui s'écroulent toujours. L'homme reste ainsi prisonnier du monter-briller-crouler, et dans ce cercle, ne se trouve absolument pas la Source-primordiale, la Force de Vie.

Tout homme veut être nourrit par une "force qui vient du haut".

Une force qui l'encourage et le fortifie dans les expériences dures.

Si on empoigne cette puissance surnaturelle, et si l'on essaie de la dépouiller de sa sublimité, il ne reste alors à l'homme rien d'autre que les puissances horizontales, les autorités à qui rien d'humain n'est étranger.

Avec son imperfection, l'homme cherche la Perfection. Par cette compréhension, il se créé de faux-dieux, des idoles.

Nous vivons dans une époque d'idoles, dans tous les domaines, parce que le Dieu Inexprimable échappe à la plus grande partie de l'humanité. Elle ne possède plus la possibilité d'approcher un Dieu invisible, inimaginable, car la force et le penser du coeur lui ont été dérobés.

A la place de cela, elle a reçu quantité d'autres moyens, de doctrines, de méthodes, de faux-dieux, d'idoles et d'images, qu'elle peut plus facilement approcher.

Mais la Grandeur et la Majesté manquaient, et manquent encore!

L'homme cherche encore et toujours la Majesté du Surhumain, le Parfait, l'Inexprimable et l'Impossible.

Cette Perfection ne peut être projetée dans un homme! Existe-t-il un homme qui puisse exprimer la Perfection surnaturelle? Non! Un homme reste un home, avec ses vertus et ses défauts.

Même l'homme le meilleur veut se diriger vers la perfection, vers la Source primordiale, qui reste inaccessible à l'insulte humaine et au pédantisme humain.

On demande à cette Source primordiale: l'inviolabilité, la Pureté et surtout la puissance et la force!

N'est-il pas juste que l'homme, dans ses moments de vie pénibles, veuille croire à une Telle Source?!

Cette aspiration vers le Parfait reste présente et s'extériorise dans les moments de détresse: quoique qu'on fasse, qu'on imagine, et quelques soient les doctrines et les méthodes.

On ne peut dérober à l'homme son rêve d'une Puissance Surnaturelle et même si cela était l'espace d'un instant, cet homme continuerait ses efforts furieux pour retrouver cette Puissance, parce qu'il se sentirait malheureux, déséquilibré et malade. Le psychiatre pense: Cet homme doit se retrouver

Oui! Et qu'est-ce qu'il doit retrouver? L'Esprit! Parce que l'homme est en réalité: esprit de l'Esprit!

Bien que l'intellectualisme veuille faire croire à l'homme qu'il est né de la raison, il ne parvient pas à lui offrir ce Bonheur intérieur qui nait de la rencontre avec l'Esprit.

Cet Esprit n'est pas un faux-dieu, ni un gourou historique, ni une idole — Il est une force-primordiale, qui, au mieux, est subit comme une Vibration, une Vibration-primordiale, qui fait vibrer toute la nature, et avec laquelle, l'homme, souffrant d'une détresse spirituelle, entre en liaison, des qu'il émet l'Aspiration du coeur.

Cela revient donc toujours à ce "cri-primordial” que l'homme doit émettre, cri-primordial qui trouve son image dans le cri du naissance du nouveau-né.

La naissance, physique ou spirituelle, a toujours lieu avec un cri.

Ce cri-primordial s'élance de la créature après une épreuve, tout comme la naissance est une épreuve pour le bébé.

Le va-et-vient entre toutes sortes de mouvements religieux, ou intéressants, prive de la possibilité de pousser ce Cri-primordial, qui est la seule possibilité de réhabiliter la Liaison avec l'esprit inné, et l'Esprit de Dieu, qui n'est pas de ce monde.

Tout comme le bébé se détache de l'obscure et douce protection de sa mère, l'homme qui veut retrouver l'Esprit, doit se détourner(?) de la protection artificielle d'un monde extérieur: cette sécurité extérieure qui, du berceau à la tombe, apporte tant d'obligations, et cette autre sécurité extérieure, venant de l'organisation religieuse, et qui donne une protection artificiel et change d'obligations, qui détournent l'homme inférieur.

L'homme est esprit de l'Esprit! Et l'esprit cherche l'Esprit. L'esprit ne se laisse pas enfermer dans des protections artificielles, mais il se détache à l'instant ou cela devient trop étouffant.

Dans les temps jadis, il n'était pas question d'un tel détachement pour la simple raison que cet esprit n'était pas encore emprisonné dans une cage d'or luxueuse!

Il est plus facile de se détacher d'une cage de bois primitive, que d'une cage d'or luxueuse!

Et c'est précisément cela que l'homme d'aujourd'hui doit faire! Et beaucoup ressentent cela aussi de cette manière, mais entre cette notion et l'action se trouve un monde de difficultés, de victoires sur soi-même et de conséquences!

Le Chemin de Retour vers l'Esprit, chargé avec des sophistes intellectuels, des suggestions et des craintes injectées, est effroyablement difficile.

La plupart des hommes s'en effarent. Ils continuent plutôt le chemin déjà utilisé parce que cela semble coûter moins d'efforts, jusqu'au moment ou ils sont forcés de pousser ce "cri-primordial".

L'Esprit cherche l'Esprit et ainsi l'homme de grands valeur est forcé par l'Esprit Divin de pousser ce "cri-primordial”. Et c'est tout à fait différent que "d'essayer un peu" une nouvelle doctrine.

L'homme sage ne sait en réalité, rien faire d'autre pour son prochain que de le tenir spirituellement vivant, de sorte que la Liaison entre l'Esprit Divin reste présente.

Aider son prochain, c'est le conserver spirituellement. Ne pas le lier spirituellement à soi, ne pas l'enfermer spirituellement dans un dogme ou une méthode, mais le rendre conscient spirituellement de lui-même.

Le développement humain conduit, par la voie culminante de l'intellect au Retour vers le coeur.

En tout homme, vit une impulsion qui ne demande qu'à se développer, comment cela se réalise-t-il est de peu d'importance, mais l'homme veut se développer lui-même.

C'est un reflet vague et ancien du: "s'élever jusqu'à l'Esprit".

Ce qui se réalise dans l'Esprit se réalise aussi dans la matière; vous savez cela.

L'homme veut atteindre son propre ciel, sa culmination humaine, jusqu'à ce qu'il découvre que là, au sommet de son savoir. Il ne trouve pas l'Esprit, qui n'est pas de ce monde, et son chemin retourne alors nécessairement vers le bas, mais chargé maintenant d'un savoir-par-expérience.

Et ce chemin vers le bas, ou du retour, est alors beaucoup plus compliqué.

Il n'existe pas de chemin composé uniquement d'un commencement ou d'une fin — Il y a toujours un aller, et un retour, un "en bas" et un "en haut”, ou vice versa.

L'homme est descendu dans le chaos, et de là, veut de nouveau aller vers le haut.

Il ne peut le faire que sous la conduite de son esprit individuel, ou de l'Etincelle divine, parce que celle-ci sait où se trouva l'Esprit Divin, et qui Il est.

Toutes les approches humaines sont de ce lieu, et donc discutables, seul l'esprit connait l'Esprit.

Si l'on dit: — Votre Dieu se trouve dans le ciel, il est Lumière! ces mots sont discutables.

Parce que la conscience des hommes les sépare réciproquement les uns des autres.

La conscience spirituelle est en rapport avec la viabilité de l'esprit individuel.

Dieu est Lumière! disent beaucoup. En effet! Mais Il est en même temps: la Force, le Repos, et la Rédemption.

Chaque mot est "traduit" par chaque esprit humain.

"Une Lumière grandiose"— Ces mots vous donnent une sensation différente de celle qu'éprouvera votre prochain.

L'esprit individuel forme l'état-d'être de la Source primordiale, et plus Fort, plus Vivant et plus Conscient, est cet esprit individuel, plus imposante cette Source-primordiale deviendra pour l'homme.

Plus l'esprit individuel est humain et imparfait, plus vulnérable et douteuse devient sa Source-primordiale.

Cet homme devient alors un sceptique, et va à la recherche de Dieu, mais en réalité, il cherche son esprit inné.

C'est la véritable signification des mots: "Homme, connais-toi, toi-même!" Celui qui ne connait pas l'Esprit divin, ne se connait pas non plus lui-même.

On n'arrive pas à l'Esprit de Dieu sans se connaitre, et un ne trouve donc pas cette Force, qui n'est pas de ce monde.

Dans les temps de détresse, l'homme est placé devant son propre échec, devant son impuissance et sa nullité, et il sait alors, dans un éclair, évoquer l'esprit.

La spiritualité n'est rien d'autre que de confesser l'esprit individuel, et par cela, nécessairement, confesser l'Esprit Divin.

Des films, comme par exemple: — l'Exorciste —, prouvent que l'homme désire qu'une force supra-terrestre, le délivre de sa souffrance, ou de l'ignorance.

Les guides intelligents de l'humanité, savent toujours vers ou va le désir de l'homme, ils ont toujours un sens pour cela, parce que ce même désir vit aussi en eux.

Un grand groupe d'hommes vit de la représentation des désirs humains inexprimés; ces hommes ont toujours un pas d'avance sur l'homme-moyen.

La faim vers la sensation, prouve que de nombreux hommes sont "morts-de-coeur", leurs émotions sont maladives.

L'homme cherche une affirmation du: "Dieu existe, et Il est plus puissant que tout, et que tous!" Une émotion compréhensible, après des siècles de tromperies, d'injustices, de crimes et de perversités.

Il s'agit maintenant de savoir qui va apporter à l'homme un tel Dieu?! Eh bien, personne!

Personne ne peut offrir un tel Dieu à son prochain, parce que l'esprit cherche l'Esprit; si l'esprit individuel est absent, alors l'Esprit Divin sera alors également absent, et il ne restera rien d'autre que des trouvailles humaines, des faux-dieux, des idoles et des autorités.

Aussi longtemps que l'égo cherche du contentement et des satisfactions, l'esprit reste raide-mort; aussi longtemps que le coeur est maladif, il ne peut conduire les Vibrations de l'Esprit, et l'homme cherche alors des expériences sensationnelles.

La Source-Primordiale de toute existence se trouve EN vous. Si vous ne subissez pas cette Source-Primordiale, vous ne vivez pas vraiment, vous existez seulement.

Dès que vous subissez intérieurement cette Source-Primordiale, vous savez où l'Esprit se trouve: en vous, autour de vous, au-dessus et au-dessous de vous, bref, l'homme est alors enveloppé dans le Manteau de l'Esprit ou de la Lumière.

L'homme peut alors approuver les paroles des nombreux sages:

Qui est votre Dieu?

Il est en moi et autour de moi,

Il est hors de moi et au-dessus de moi,

Il est sous moi et derrière moi,

Dieu est Esprit, et Son Esprit vit en moi.

N'est-il pas compréhensible qu'un tel home devienne un j?té, un étranger sur la terre?

Il est alors entouré par un autre champ-de-vie, absorbé dans un champ de Vibrations, qui n'est pas de ce monde.

Cet homme n'est pas un être parfait, mais il est esprit de l'Esprit, prisonnier dans un corps terrestre.

Il "marche avec Dieu", comme disent les écrits anciens. Ce "marcher avec Dieu", est l'état le plus élevé que l'homme puisse atteindre sur cette terre, et une telle liaison entre Dieu et l'homme devient reconnaissable parce que celui en qui cet Esprit est vivant, ne peut par simplement terrestre.

Les grandes questions de la vie sont pour lui dissoutes, et il suit résolument le Chemin du Retour, qu'il parcourt sous la conduite de l'Esprit, et en lui, se trouvent: l'Invariabilité, la Fermeté et la Justice.

Il professe tous ces dons en liberté, parce que l'Esprit qu'il possède, et l'Esprit vers Lequel il va, ne connaissent pas de restrictions, et sont étrangers à toutes théories.

La liberté, pour un tel homme, n'est pas un mot, ni un déguisement. La Liberté est pour lui la Liaison que l'esprit lui impose, et qui signifie toujours: Responsabilité.

Parce que l'esprit appelle l'Esprit Divin à lui, et place aussi l'homme sous les lois de Dieu,

les Lois de Dieu qui sont innées dans l'homme spirituel, et qu'il sait lire sels les instructions de l'Intuition et de la Conscience.

Pour les faibles, elles seront un fléau, mais pour l'homme fort, qui veut suivre l'Esprit parce qu'il le reconnait, elles formeront, seulement et de nouveau, une épreuve, parce qu'elles sont connues depuis longtemps, depuis toujours

Tout est en vous!

Permettez-vous le Repos, pour retrouver Cela!

Ne buvez que de l'Eau Vivante, et ne mangez que du Pain Céleste, et tenez-vous loin de "l'auge des cochons".

Pour que vous ne vous empoisonniez pas!

Votre esprit inné vous dira de quel côté aller, si seulement, vous voulez écouter!

©1977-2015 Henk et Mia Leene