178 - La foi de fer de la logique

Depuis que l'homme est doué de raison, il a coutume d'analyser tous les sujets selon les lois de la rhétorique et de la logique.

L‘analyse est un aspect inférieur du penser , et non pas du coeur ou

de l'âme. Le penser analytique fait de l'homme un être rationnel souvent ininfluençable, et qui ne se livre pas de sitôt aux questions de foi.

Car la foi, selon lui, est une conception de penser illogique = on se livre à un sujet qui ne peut pas se soumettre à une analyse sans ”fournir de preuves".

C'est vrai dans les grandes lignes.

Les questions de foi ne se prêtent pas à l'analyse, parce que rien n'est plus illogique que la foi, et pourtant c'est la base sur laquelle l’homme fonde sa vie.

Il n'y a pas un homme qui passe sa vie sans une quelconque foi. L'homme formé intellectuellement trouve plaisir à réfuter par l'analyse les questions illogiques — parmi lesquelles des sujets scientifiques et religieux.

Celui qui ne peut pas accepter quoique ce soit sans analyse préalable est à comparer à Thomas l'incrédule: Celui qui doit d'abord tout expérimenter indépendamment et qui doit pouvoir observer les faits intuitifs pour parvenir à accepter .

L'homme se ferme ainsi lui-même à un aspect de la vie , limitant ainsi son propre monde, et devenant alors prisonnier d'un esprit étroit.

La limitation est le destin de l'homme - mais il a en même temps une faculté illimitée innée qu'il doit reconnaître avant tout chose, pour pouvoir l'accepter.

Cette faculté innée est immatérielle - elle doit être ainsi, pour pouvoir appartenir à l'illimité.

Aussi longtemps que l'homme croit que le penser logique est illimité, il se ferme lui-même le chemin vers l'infini.

Car la logique, l'analyse, la raison sont soumises aux lois de la faculté du penser et de la connaissance limitée , et on ne peut pas les surmonter, car la logique appartient à la science analytique.

C'est la même chose avec le biologiste qui doit disséquer la fleur pour parvenir à la connaissance - mais c'est ce qui fait mourir cette fleur.

La beauté, l'attouchement de l'irréel , le merveilleux , la splendeur meurent des que l'analyse porte la main sur eux.

Il y en a des exemples en abondance - Lors de conversations sérieuses, spirituelles et vraiment inspirées, le fouet de la logique et de l'analyse peut briser une telle conversation et la réduire en un amas de pierres.

Ceux qui sont présents perdent alors le contact spirituel, et se sentent rabaissés dans la désolation de cette ruine.

Alors, c'est la logique qui triomphe - sans considération pour la perte de la beauté spirituelle.

Tout dépend de l'homme - Laquelle des deux valeurs préfère-t-il ?

Il y en a beaucoup qui, sur la base de la logique, essaient de détruire la vie — mais il y en a également beaucoup d'autres qui continue la vie sur la base de la foi et de l'illogisme.

Ces deux extrêmes manquent d'une valeur essentielle pour rendre leur vie vraiment précieuse. L'homme logique reste enfermé dans la limite de la matière, bien qu'il y ait actuellement assez de preuves démontrant que le monde et l'humanité n'existent pas seulement par la matière.

L'homme illogique qui se base seulement sur la foi, peut devenir la victime du manque de raison, de l'extase et de l'esclavage .

La rhétorique - l'un des sept arts - est étroitement liée à la logique, c'est-à-dire que la logique s'est incrustée dans la rhétorique pour la rendre mortelle.

A l'origine, la rhétorique n'était pas soumise à la loi de la logique, car l'homme inspiré perd de vue la loi de la logique parce qu'il se laisse entraîner par le Feu de lïïnspiration - et c'est justement ceci qui en fait de grands orateurs - bien qu'ils n'aient nullement besoin d'être entraînés à cela.

C'est pourquoi la logique est l'une des armes du "diable", autrement dit - l'une des résistances de la matière aussi bien dans l'homme qu'hors de lui.

Le mot "diabolique" n'est pas une invention des hiérarchies religieuses - mais c'est une notion qui s'élève de l'home, aussitôt qu'il est retenu sur son Chemin vers l'Illimité.

La logique empêche l'homme de dépasser la frontière entre la matière et l'Esprit.

La logique est très utile jusqu’à la frontière décisive - mais après cela - d'autres lois sont applicables.

C'est ici le goulot resserré pour l'homme qui pense logiquement - c'est la frontière très étroite entre la rhétorique du mot et de la pensée, et cet autre monde dans lequel il doit s'en détacher.

Au moyen du penser, l'homme parvient à la conscience de quelque chose, cela lui est indispensable — et c'est le bien le plus élevé dans la limite du matériel, POURVU QU'il voie le penser clairement et qu'il se rende compte que cela l'entraîne jusqu'à la limite du pouvoir naturel mais PAS PLUS LOIN .

Mais l'homme — s'il veut rencontrer l'Esprit - doit aller plus loin que la frontière de sa capacité limitée, il doit faire usage de ses dons innés illimités pour arriver à franchir la frontière.

C'est une thèse ancienne, et il y a de moins en moins de personnes qui peuvent accepter le fait que l'homme soit plus, que chair et sang.

La science doit aussi reconnaître cela - bien que sa logique ne l'admette pas encore.

Reconnaître - ce n'est cependant pas accepter.

La science continue de disséquer les fleurs, jusqu'à ce qu'elle trouve le mystère de la "vie". Et de cette manière, elle ne le trouvera certainement jamais , parce que la vie s'enfuit avant même que l'analyste ne la saisisse!

Ressentez-vous l'essentiel dans tout ceci !? " Avant que le penseur perspicace ne puisse analyser le mystère de l'Esprit - Celui-ci s'est déjà enfui.

Il y a des choses que la raison ne peut pas saisir.

"Mais comment puis-je comprendre ceci?" dit l’homme qui raisonne avec logique.

Comprendre pour lui, veut dire : "Raisonner, discuter, analyser comme pour une formule mathématique.

L'homme pense mathématiquement , comme la création qui est ordonnée

mathématiquement. Le Créateur est le lus grand mathématicien, et IL a jeté la base de tout ceci, mais travers cette création, figure la ligne de l'Esprit, de la Vie — le Mystère de l'Etre Parfait -

Aussi longtemps que l'homme ne dispose pas d'un être Parfait, pour l'Esprit , il ne sera pas en état de comprendre le Mystère du Parfait.

Le Parfait est le résultat final d'un processus.

Le Parfait est semblable à l'Harmonie et à la Logique en même temps.

C'est une forme de Logique Sage, qui ne peut être abordée que par le Sage qui a osé faire le saut entre la logique matérielle et la Logique spirituelle.

Aussitôt que l'homme aborde la Logique spirituelle, il n'analyse plus par avance, parce qu'il sait et connait lui-même le résultat des formules mathématiques en connaissant leur solution.

Pour l'homme matérialiste, la nature, l'Esprit et toute la création sont une donnée mathématique dans laquelle il doit imaginer les formules qui la complèteraient.

Car son penser logique est restreint, il essaie de faire cela par l'analyse littérale des exemples pratiques.

On peut comparer cela avec un élève de lycée qui se verrait obliger de se conduire comme un élève d'école technique supérieure.

Il DEVRAIT littéralement analyser le problème car son esprit manquerait de logique.

Dans cette grande donnée de la création, l'homme est l'élève-apprenti d'une école technique, et il fait du gaspillage tant qu'il ne sait pas démontrer les faits dans la pratique.

Cela coûte du temps, des victimes et de nombreuses expérimentations non réussies. C'est le détour qu'empruntent les élèves les moins doués, comme disent les intellectuels.

Ce n'est qu'une différence de niveau, dans lequel il est bien prouvé que l'homme formé par la pratique devient l'exécutant le plus efficace.

La logique pousse l'homme à la recherche, mais aussi à l'incrédulité et à l'erreur.

La foi peut forcer l'homme à l'exaltation et à la mystification.

C'est pourquoi ces deux aspects doivent nécessairement cheminer de concert: la tête pour la logique - le coeur pour la foi.

Celui qui élimine l'un des deux, peut compter sur l'échec dans ses recherches.

Le coeur et la tête conduisent l'homme jusqu'à la limite de ses dons, arrivé à cette limite, il devient celui qui accepte ce qu'il ne voit pas encore, parce qu'il a appris à mesurer avec d'autres normes.

L'impuissance à faire comprendre à son prochain les choses de l'Esprit est attribuable à un manque de maturité intérieure — aussi bien de l'auditeur que de l'orateur.

Là où il n'y a pas d'appareil récepteur, on peut difficilement compter sur une réception — mais le poste émetteur doit également être aussi puissant.

Avant toute chose, l'homme doit mettre en circuit son appareil récepteur. Les difficultés qui surviennent alors à l'homme, qui pense d'une manière logique, proviennent du fait que cet homme ne sait plus COMMENT Il doit écouter - il y a quelque chose de défectueux dans son appareil récepteur.

De cette défectuosité provient l'impuissance - L'outillage humain, y compris les facultés spirituelles innées, ne travaillent plus d'une manière correcte.

Si tout était bien, l'homme serait alors en état de parvenir à une solution pour chaque mystère apparent, sans échec et sans analyse.

Car en fait, il N'y a PAS de mystère - rien n'est caché — mais l'homme règle lui-même son instrument défectueux.

L'homme pensant logiquement, et qui veut tant, tout savoir, va le chemin de l'analyse (vous pouvez constater comment celle-ci se développe ) et il découvre beaucoup de chose ;

mais il implique dans son excursion-de-l'égo, dans sa démence analytique la mort de nombreux innocents et la souffrance de beaucoup d'autres.

Son excuse est: "L'humanité doit parvenir à la connaissance".

Bien sur! Mais il y a un autre chemin, un chemin sans mort et sans souffrance et sans ce piétinement des choses spirituelles de valeur.

On peut continuer l'analyse sans pour autant chasser l'Esprit, POURVU QUE l'on branche les deux centres do l'instrumentarium humain: Le coeur ET la tête.

Toutes ces accumulations d'échecs, dans tous les domaines, l'amertume, le désespoir, le cynisme, la vengeance, la désillusion et l'incrédulité proviennent de l'impossibilité de brancher d'une manière proportionnelle le coeur et la tête.

La plupart des religions spéculent sur ce fait:

La ou le coeur ou le penser se trouve dans I'opposition, l'une ou l'autre forme religieuse aura une emprise sur l'homme.

Mais certainement PAS la Religio.

La Religio n'est possible que sur la base d'une collaboration étroite du coeur et de la tête.

L'homme doit devenir conscient de sa foi, il doit savoir pourquoi il croit, et à quoi il croit.

Il doit toujours rester autonome, c'est un don de sa faculté-de-penser.

Evidemment, la volonté joue dans ce travail un rôle principal: Celui qui veut se laisser tromper ou subjuguer ne peut pas être retenu - et celui qui ne veut pas se laisser tromper, ne pourra non plus, être dissuadé de son orientation.

Mais celui qui ouvre son coeur ET sa tête, sans préjugé, sans à-priori, d'une manière telle que la tête protègera le coeur et vice-versa découvre des Valeurs que seuls quelques uns ont reconnues avant lui.

La rhétorique, l'une des sept muses, reçoit alors pour la première fois le Rayonnement Originel, dans Lequel elle peut puiser comme à la source d'une Connaissance inépuisable — et même la logique suivra la rhétorique vers ses hauteurs, jusqu'à cette profondeur dans laquelle la logique se change en Sagesse - la Logique du Sage qui est insaisissable à l'analyste, mais d'une telle évidence qu'elle est acceptée sans protestation.

Un homme sage ne doit pas être formé intellectuellement - on trouve des sages dans toutes les classes de l'humanité.

La sagesse croît dans l'homme, tant qu'il n'élève pas ces capacités imparfaites jusqu'à une domination autoritaires qui chasserait cette sagesse avant même qu'elle n'ait pu accepter la couronne.

Vous pouvez reconnaitre cette simple sagesse, qui est si incontestablement vraie dans les paroles d'Epictète, l'ex-esclave:

"Ne désirez pas que tout ait lieu comme vous le désirez, mais résignez-vous à ce que tout ait lieu comme cela a lieu - et vous trouverez ainsi le repos de votre âme “.

C'est vraiment une citation à discuter, à controverser et à décomposer analytiquement.

Mais elle vraie, si vraie, qu'elle reste inattaquable et Vivante au travers des siècles.

L'homme pensant logiquement, va se lancer dans toutes espèces de contradictions. L'homme croyant, y trouvera un motif pour suivre servilement ses maîtres -

mais l'homme au penser autonome - qui branche son coeur ET sa tête, y reconnaîtra une Sagesse de vie.

Il y a un cours des choses que l'on NE PEUT PAS changer - la résistance entraîne une perte d'énergie, et la perte d'énergie fait de l'homme un robot.

Mais il est possible de concentrer cette énergie individuelle et de prendre la vague pour se faire ainsi rejeter sur le rivage.

Cela coûte de l'énergie, mais c'est alors le prix du sauvetage .

Même dans les circonstances les plus difficiles, il y a une telle vague qui peut jeter l'homme sur la plage salvatrice.

Ceci demande simplement plus d'énergie, plus d'intelligence,et plus de force de volonté - et seuls ceux qui ont employé leurs dons avec intelligence, peuvent posséder cette force !

Ce n'est pas un privilège que d'être un esclave dans la horde des esclaves, bien que l'on puisse peut-être, de temps en temps, envier

leurs circonstances de vie protégées - Cela dépend seulement du point de départ que l'homme a pris :

A-t-il choisi le chemin de la matière et le chemin de l'analyse et de l'inévitable douleur et mort -

Ou bien accepte-t-il ces imperfections comme inévitables, et choisit-il le Chemin du chercheur vers la Perfection et la Sagesse ?!

L'homme du premier chemin devient logique, avec son penser analytique, et il débranche ainsi son coeur - organe inutile, seulement indispensable comme pompe motrice.

Le deuxième homme, s'oriente vers ses dons intérieurs et ne fait JAMAIS d'expérience, ni avec ses dons physiques, ni avec ses dons psychiques - mais il osculte, il étend son antenne, aussi bien celle de sa tête que celle de son coeur.

Et il va alors percevoir de nombreux signes - et soit, il va les critiquer , autant que ses capacités le lui permettent - soit, il les examinera avant de juger.

Tout jugement doit être précédé d'une épreuve préparatoire au cas où l'homme ne possède pas encore la sagesse qui l'informe, l'avertit et l'ennoblit.

C'est la différence entre la logique et la Sagesse.

L'homme de la logique et du raisonnement , analyse -

L'homme sage osculte de diverses manières .

L'analyse peut être de temps en temps un moyen pour dégourdir son prochain, mais la sagesse de la simplicité est également un moyen pour approcher ce prochain.

L'analyse est psychologique - Le Chemin de la simple sagesse réchauffe le coeur.

Le caractère de l'homme est logique en ce qui concerne la raison, mais par cette voie, le coeur ne perçoit rien.

C'est pourquoi de nombreux psychologues orientent l'homme vers la religion comme solution à ses problèmes.

Et pour l'homme qui est devenu malade par un surplus religieux, il lui est conseillé, le réalisme de la raison.

Le tout est de redresser l'équilibre entre le coeur et la tête.

L'harmonie entre le coeur et la tête, est la clé pour une vie plus riche, plus spirituelle et surtout plus satisfaisante.

Alors les circonstances extérieures ne sont plus importantes - et l'homme cesse de pourchasser la fortune, le bonheur, le matière et le succès.

Car alors les paroles d'Epictète ont vraiment de la valeur pour lui et lui offrent leurs promesses:

"Ne désirez pas que tout ait lieu comme vous le désirez, mais résignez-vous à ce que tout ait lieu comme cela a lieu — et vous trouverez le repos de votre âme ".

Pensez à cela pendant cette année de Mars.

Parce que le calme du coeur, est le plus haut bien pour ceux qui veulent trouver les Richesses spirituelles.

©1977-2015 Henk et Mia Leene